Imprimer
Catégorie : 6-Questions fréquemment posées (FAQ)
Affichages : 2203

Les logiciels de travail collaboratif professionnel visent à la réalisation d'un objectif commun défini d'avance, et dont les critères d'évaluation sont connus. Ainsi, la nature du problème est définie, le problème est bien posé, et le critère d'optimisation est unique.

Le travail collaboratif porte alors sur la résolution dudit problème. Souvent, la composition du groupe de travail est elle aussi fixée a priori: chacun(e) des participant(e)s a sa spécialité technique, une fonction définie et la responsabilité d'un ensemble de tâches précises, dans le cadre de la division du travail entre membres du groupe. Par exemple, un tel groupe de travail collaboratif sera établi pour définir une campagne de publicité, ou un nouveau produit, en suivant un cahier des charges défini par le client, ou pour modifier un processus de fabrication avec un objectif de réduction de la consommation d'énergie, en réunissant des participant(e)s issu(e)s des départements fonctionnels concernés.

KuneAgi opère en amont de ce processus. La question posée au groupe n'est pas "Comment résoudre ce problème ?", mais "Que faire ensemble ? À quoi consacrer prioritairement nos efforts ?". Elle porte sur la définition de l'agenda de travail, sur la hiérarchisation des actions à mener en commun.

C'est pourquoi la liste même des actions susceptibles d'être menées (dans le cadre de la mission très générale que le collectif s'est fixée) est ouverte, et fait l'objet de la procédure très libre de création de Document. C'est aussi pourquoi le jugement porté sur les Propositions est réalisé selon des critères pluralistes, en prenant en compte les points de vue différents des membres du collectif, sans qu'un seul critère soit considéré comme évidemment supérieur aux autres. En particulier, l'arbitrage entre court et long terme n'est pas considéré comme clos. Enfin, c'est la raison pour laquelle la composition des Groupes de Travail n'est pas fixée a priori, et pourquoi chacun peut la réguler comme il le souhaite, afin de réaliser l'arbitrage qui lui paraît le meilleur entre diversité des points de vue et richesse des informations prises en compte, d'une part, et facilité de décision, d'autre part.